Pourquoi cette image n’a pas de sens.

30 janvier 2017

En un an, j’ai dû la voir passer au moins deux à trois fois par mois sur les réseaux sociaux. Cette image induit en un coup d’œil que le principe d’égalité ne compense pas les inégalités.

Si je suis plus faible (plus petit dans la situation sur la photo), l’égalité ne permet pas de compenser cette « faiblesse » alors que l’équité, elle, le pourrait.

En conclusion, l’équité est la meilleure solution à utiliser contre les inégalités.

Sauf que….

L’égalité est un concept qui n’a pas de sens quand il n’est pas associé à son histoire : celle de l’égalité des droits.

L’article premier des droits de l’homme et du citoyen est très explicite : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ».

Dans le cas de l’image, pour appliquer le principe d’égalité des droits il faudrait un article de loi disant « Chacun a le droit de voir un match de baseball ou qu’il soit autour du stade ». Si l’égalité des droits à voir le match est appliquée, il n’y aurait tout simplement pas de palissade en bois !

Cependant, l’image a le mérite de poser une question plus large sur la notion d’égalité : sommes-nous totalement égaux en droits ?

Et bien non. Si on prend l’exemple des prestations sociales, elles ne sont pas toutes universelles et donc nos droits sont différents en fonction de notre situation, de nos revenus…

Le Conseil Constitutionnel a précisé en 1996 que « le principe d’égalité ne s’oppose ni à ce que le législateur règle de façon différente des situations différentes ni à ce qu’il déroge à l’égalité pour des raisons d’intérêt général pourvu que, dans l’un et l’autre cas, la différence de traitement qui en résulte soit en rapport direct avec l’objet de la loi qui l’établit »

Cette précision induit directement que le principe d’équité peut être appliqué dans certaines situations.

Concrètement, si une application strictement égalitaire à des conséquences inégalitaires, un juge ou le législateur peut se référer à la notion d’équité.

Dans le monde de l’entreprise, nous jonglons entre ces principes sans même nous en rendre compte.

Prenons l’exemple des primes aux résultats. Le principe d’attribution de la prime sera conditionné à un principe d’égalité, c’est-à-dire que chacun soit jugé sur les mêmes objectifs dans une équipe. Si une personne a une prime et une autre n’en a pas, on voit bien que le principe d’égalité ne s’applique pas. C’est là que le principe d’équité sera appliqué. Les meilleurs résultats d’une personne justifient une inégalité de traitement et les autres collaborateurs accepteront la prime puisqu’elle est attribuée de façon équitable.

On voit donc bien ici que les principes d’équité et d’égalité sont intimement liés et complémentaires.

Pour revenir à l’image, le fait de voir un match en fonction de sa taille n’est pas un élément de droit qui répond à une réalité, l’équité est la seule notion qui puisse véritablement s’appliquer.

En définitive nous sommes induits en erreur par cette image car la situation utilisée pour parler du sujet n’a pas de sens.