Blog

Christiane Taubira : «le féminisme est un humanisme», et non «une guerre de tranchées»

A l’occasion de la Nuit des idées organisée à Montréal par l’Institut français, Christiane Taubira revient sur le mouvement de libération de la parole des femmes. L’ancienne ministre de la Justice, pour qui «le féminisme est un humanisme», et non «une guerre de tranchées», milite pour une convergence féministe et antiraciste.

Quel rôle jouent les femmes dans l’imagination de nouvelles formes de pouvoir, et quid de leur accès aux sphères de ce pouvoir ? Christiane Taubira était à Montréal, jeudi, pour débattre de ces questions lors de la première édition de la Nuit des idées. Cette initiative de l’Institut français, l’opérateur de l’action culturelle extérieure de la France, consiste à réunir, le même jour et dans un maximum de villes à travers le monde, des intervenants de tous horizons – intellectuels, chercheurs, artistes… – sur un thème commun. Celui de cette année reprenait une formule dont les manifestants de 1968 couvraient les murs de Paris : «l’imagination au pouvoir». Il s’agissait d’interroger, un demi-siècle plus tard, les formes que peut prendre l’aspiration à l’utopie, et le sens qu’on peut donner à cet appel à la créativité : comment doivent évoluer les sphères de pouvoir, comment les imaginer… La soirée montréalaise était particulièrement axée sur la place et le rôle des femmes dans le processus imaginatif, et le panel d’invités reflétait cette posture. Avec sept intervenantes pour deux intervenants, dont le cinéaste et plasticien français Alain Fleischer et, donc, Christiane Taubira, l’ancienne ministre de la Justice de François Hollande.

Vous venez de participer à une Nuit des idées sur le thème de l’imagination au pouvoir. Pourquoi ce sujet vous inspire-t-il ?

L’imagination est indispensable au pouvoir, du moins si on désire voir celui-ci évoluer. Les femmes sont les garantes de cette imagination à plusieurs niveaux. Tout d’abord, le système actuel d’exercice du pouvoir a été pensé par et pour des hommes. C’est visible dans les structures politiques mais aussi architecturales, culturelles, langagières, et jusque dans le nom des rues. Ces institutions et ces lieux ne sont pas humains, ils sont masculins. Prenez des exemples tout bêtes comme les graviers de la cour de l’Elysée, ce choix de recouvrement n’a clairement pas été fait par une femme portant des chaussures à talons ! Afin d’avoir leur place au pouvoir, les femmes n’ont pas d’autre choix que d’imaginer un espace dans lequel elles en ont une. Cette capacité à remettre en cause le système, à imaginer des fonctionnements différents leur vient du fait que contrairement aux hommes, elles n’en sont pas les légataires.

En quoi les femmes peuvent-elles jouer un rôle particulier dans l’évolution des modes de pouvoir ?

Comprenez bien ici que je ne parle pas des femmes à partir de chromosomes ou de gènes, mais de l’expérience culturelle et collective des femmes, cette expérience historique de violence, d’exclusion et de discrimination qui a forgé nos consciences. Elle nous place dans un rapport particulier à l’autre et à la société, elle nous a forcées à développer des solutions et des alternatives. L’expérience de la minorité aiguise les défenses mais développe aussi la solidarité parce que la survie, quand on est en minorité, dépend de la capacité à faire corps ensemble. Il faut bien saisir la société pour bien la servir. Dans ce contexte, l’expérience de la minorité est enrichissante, elle élève. Les femmes composent aujourd’hui 53 % de la population mondiale, il est temps maintenant que les hommes fassent l’expérience de la minorité, et le premier endroit où ils peuvent et doivent le faire, c’est dans l’exercice du pouvoir.

Est-ce que la vague des hashtags #MeToo et #BalanceTonPorc est un signe de la fin d’une certaine forme de pouvoir ?

Je trouve sain que ce que tout le monde sait depuis longtemps explose dans l’espace public et interdise qu’on fasse semblant d’ignorer. Nous avons dans nos lois des textes qui disent très clairement que le harcèlement sexuel n’est pas acceptable, que c’est un délit et qu’il est puni. Malgré cela, les femmes ne se sentent toujours pas protégées, ni soutenues. Les statistiques le prouvent : seulement 10 % des femmes portent plainte et encore moins obtiennent justice et réparation. Nous avions connaissance de l’ampleur du problème, la masse du mouvement nous empêche aujourd’hui de le nier. Ce qui est étonnant dans ce phénomène, c’est qu’il n’ait pas eu lieu avant.

Que répondez-vous à ceux qui craignent le développement d’un climat de délation ?

Nous sommes collectivement responsables de ce que ces détresses, qui étaient souterraines, le soient demeurées trop longtemps. Nous n’avons pas le droit aujourd’hui de réduire l’événement à sa marginalité. Oui, il y a des abus, comme il y a eu des abus dans les manifestations syndicales de quelques énergumènes qui allaient casser des vitrines et vandalisaient. Nous avons vu comment progressivement les revendications syndicales ont été identifiées à ces comportements. Je ne voudrais pas que les femmes se retrouvent piégées de la même façon. Il y a sûrement dans le mouvement du hashtag #Metoo de la délation, des abus, des fantasmes. Qu’on les trouve et qu’on les dénonce. Mais ne remplaçons pas l’événement par sa marge et ne discréditons pas tout un moment essentiel de la lutte des femmes pour leur citoyenneté, pour leur égalité dans l’espace public, à cause de la marge.

Les réseaux sociaux sont donc un pouvoir émancipateur ?

La stigmatisation sociale via les réseaux sociaux ne suffit pas, la justice doit prendre le relais et les agresseurs doivent répondre de leurs actes devant des tribunaux. C’est le fondement de la démocratie. Vu le nombre de dénonciations, si d’ici deux ans nous n’avons pas un nombre significatif de condamnations, il faudra alors se poser de sérieuses questions.

La pétition publiée dans le Monde, signée par Catherine Millet et Elisabeth Lévy, est-elle aussi l’expression d’une marge, d’une résistance au changement ou pose-t-elle de vraies questions ?

Vous pouvez imaginer que je ne partage pas le contenu de cette pétition, je l’estime complètement hors sujet, c’est pour cela que je n’en débattrai pas sur le fond. Le harcèlement dénoncé par les femmes aujourd’hui n’est pas le jeu de l’amour et du hasard. Ce n’est pas du marivaudage, ce n’est pas l’histoire du comportement de quelques hommes dans un milieu feutré vis-à-vis de femmes qui sont armées psychologiquement, intellectuellement, mentalement et même juridiquement pour se protéger. Le sujet, c’est une violence qui frappe des millions de femmes qui sont démunies psychologiquement, financièrement, judiciairement. Des femmes qui sont confrontées à l’exercice le plus arrogant et le plus cynique du pouvoir institutionnel, économique, hiérarchique, financier, et du pouvoir de genre.

Selon cette tribune, les hommes risqueraient de ne plus pouvoir librement être des hommes. Cette revendication, à défaut d’être légitime, ne pose-t-elle pas la question du rôle des hommes face à ces dénonciations ?

Je pense que c’est aux hommes eux-mêmes de définir leur place, mais je ne pense pas qu’il doive y avoir une position collective des hommes. Même avec toutes les lois possibles, certains hommes seront toujours des goujats et certaines femmes penseront toujours qu’il est acceptable d’importuner. Cependant, l’effet de masse de toutes ces révélations a provoqué chez certains hommes une sorte de sidération. Ils prennent conscience que ce n’était pas juste le cas du collègue de bureau qui se comportait parfois grossièrement, mais qu’ils ont été les témoins passifs d’agressions et qu’ils auraient dû agir. Cet effet de masse a interloqué des hommes et certains ont ressenti de la honte. Je trouve cela très sain.

Comment définir le féminisme ?

Le féminisme est un humanisme, ce n’est pas une guerre de tranchées. Etre impitoyable envers un comportement sexiste n’est pas faire la guerre à l’autre sexe. Ce qui se joue ici est un combat sur les valeurs, sur le respect des droits et des libertés pour la moitié de la population. Ce combat peut être porté par toute personne qui se reconnaît dans ces valeurs, et ce quel que soit son genre. Il faut comprendre que le combat féministe n’est pas de justifier que les femmes méritent leur place au pouvoir, mais de faire appliquer leur droit inaliénable d’accéder à toutes les sphères de la société. Ce droit est entravé sans motif valable depuis bien trop longtemps. Les femmes n’ont pas acquis le droit de vote en 1944, elles l’avaient depuis le jour de la création du droit de vote. En 1944, elles ont juste pu mettre en pratique ce qui était leur droit depuis toujours en tant qu’êtres humains. Le débat qui doit avoir lieu aujourd’hui, c’est comment éradiquer les prétextes qui justifient ces discriminations.

Pourtant, les mouvements féministes sont régulièrement décriés. Comment réconcilier tout le monde ?

Tout mouvement qui fait bouger les choses dérange forcément, mais je pense que la fragilité du mouvement féministe est de trop limiter ses combats. Dans ma vie, j’ai plus souvent été victime de racisme que de sexisme, même si la masculinité sournoise des institutions et des comportements m’a été perceptible en de nombreuses circonstances. Si parfois le mouvement féministe a été affaibli, c’est parce qu’il n’a pas su intégrer d’autres revendications extrêmement fortes et puissantes. Il y a certaines personnes qui souffrent plus du racisme que du sexisme parce que, dans leur situation sociale et économique, le facteur plus fort de rejet est le préjugé racial. Le combat féministe peut entraîner avec lui tous les autres combats car son essence est la revendication qu’aucune différence de traitement n’est acceptable sur la simple base d’une différence physique ou de choix de vie. Si nous nous accordons sur cette valeur de base, alors tous les autres types de discrimination tomberont. C’est pour avoir compartimenté les combats que le mouvement féministe s’est affaibli. Ce qui peut assurer l’efficacité des luttes, c’est la possible convergence de celles-ci.

Source: http://www.liberation.fr/france/2018/01/28/christiane-taubira-il-est-temps-que-les-hommes-fassent-l-experience-de-la-minorite_1625775

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :