Discrimination : Deux boites officiellement épinglées

23 mars 2017

Les deux entreprises sont les seules – parmi les 40 dont les pratiques ont été testées – à ne pas avoir mis en place un plan d’action jugé satisfaisant par le ministère du Travail.
Elle l’avait promis. Elle l’a fait. Dans la foulée de la campagne de tests anonymes sur les discriminations à l’embauche liées à l’origine qui a ciblé 40 entreprises privées l’an dernier, la ministre du Travail, Myriam El Khomri, avait prévenu qu’elle n’hésiterait pas à rendre publics les noms de celles qui ne joueraient pas le jeu. Dont acte, puisque AccorHotels et Courtepaille ont été mis à l’index ce mardi à l’occasion d’une conférence à l’initiative de l’Association française des managers de la diversité (AFMD) et des Entreprises pour la cité.

Une situation préoccupante
« La situation de ces deux entreprises est particulièrement préoccupante. D’une part, parce que le testing a clairement conclu à un risque élevé de discriminations. D’autre part, parce qu’elles ne sont pas parvenues, malgré de multiples relances, à produire un plan d’action satisfaisant pour remédier à leur situation », a déclaré la ministre. Avant d’ajouter qu’elle allait saisir le Défenseur des droits, Jacques Toubon, même si sa porte reste ouverte.

Pour mener la campagne, deux CV ont été envoyés à chaque fois en réponse à 1.500 offres d’emplois de 40 gros recruteurs. Les CV étaient équivalents en tout, sauf sur la consonance du prénom et du nom. Résultat : un écart de 11 points en moyenne en défaveur de candidats maghrébins, et 12 entreprises pointées du doigt (« Les Echos » du 12 décembre).

Aidé du cabinet Vigeo Eiris, spécialiste de la notation en matière de responsabilité sociale, le ministère a ensuite travaillé avec les 40 entreprises sur des plans d’action, avec une attention particulière portée aux 12 mauvais élèves. De cette évaluation, qui a duré trois mois, Vigeo a acquis une « assurance raisonnable » que 10 sur les 12 en question maîtrisaient les risques de discriminations, même s’il reste encore beaucoup à faire, en matière de contrôle et de reporting notamment. Pour les chaînes hôtelières et de restauration en revanche, le couperet du « Name and Shame » (nommer et blâmer) est tombé.

Un phénomène qui persiste
Courtepaille a péché faute d’avoir assez formalisé sa politique en la matière (objectifs, communication, portage, vérification des pratiques dans ses restaurants…), selon nos informations. AccorHotels dispose bien d’une politique de la diversité, mais elle est jugée « insuffisamment animée ».

Ses établissements signent une charte de recrutement sans que le groupe s’assure qu’elle est appropriée ni qu’il demande qu’on lui rende compte. Outre qu’elles constituent une faute morale, les discriminations à l’embauche sont aussi une aberration économique, a rappelé Myriam El Khomri. Ces pratiques coûteraient à la France jusqu’à 7 points de son PIB, soit 150 milliards, selon une récente étude de France Stratégie.

Stéréotype, tabous…
Si le phénomène persiste, c’est, expliquent l’AFMD et Les entreprises pour la cité, pour plusieurs raisons : stéréotypes, tabous, absence d’obligation de négocier comme pour l’égalité hommes-femmes ou les handicapés, interdiction des statistiques ethniques.
Le ministère, qui ne veut pas en rester là, va renouveler sa campagne tous les ans, en l’élargissant à une centaine de recruteurs. En attendant, une grosse vingtaine d’entreprises ont conclu un pacte de bonnes pratiques. On y retrouve ADP, Covea ou encore Michelin.

Interrogés par « Les Echos », AccorHotels et Courtepaille n’ont toutefois pas caché leur « surprise » après avoir pris connaissance des observations du ministère du Travail. « Nous ne sommes pas satisfaits. Nous avons fait énormément de choses en matière de diversité », a notamment commenté la directrice Diversité du champion français de l’hôtellerie, Anne-Sophie Béraud. Par ailleurs, les deux entreprises ont fait état de nouvelles mesures.
Par Alain Ruello

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/journal20170315/lec1_france/0211878136308-discrimination-a-lembauche-el-khomri-epingle-accorhotels-et-courtepaille-2072417.php?jXKYLBWAjWdXbxBi.99