Nazi, clichés coloniaux, sexisme… Ces moments du « Club Dorothée »…

5 septembre 2017

…Qu’on ne pourrait plus voir dans une émission pour enfants

Il y a trente ans, le 2 septembre 1987, naissait le « Club Dorothée ». Une décennie plus tard, cette émission phare de TF1 pour les enfants s’arrêtait. Entre-temps, des heures et des heures d’antenne produites, parfois plus de vingt-cinq par semaine, dont huit de direct pour les seules journées du mercredi. Le Monde rapporte que le programme atteignait des audiences de plus d’1,5 million de téléspectateurs le mercredi matin, en mobilisant jusqu’à 65% des 4-14 ans

Au programme : « Monsieur Cadeau », les tartes à la crème et puis, surtout, les dessins animés et les séries, des Chevaliers du Zodiaque à Dragon Ballen passant par Hélène et les garçons. Parmi ces heures d’antenne, on trouve pas mal de moments embarrassants. Des séquences difficilement imaginables à la télé aujourd’hui, surtout dans le cadre d’un programme destiné aux enfants. Franceinfo s’est plongé dans les archives, plutôt gênantes, de l’émission.

Quand Dorothée s’entourait de « sauvages »

La Machine avalé est une chanson interprétée par Dorothée et diffusée à partir de 1988. Dans le texte, écrit par Jean-François Porry (pseudonyme de Jean-Luc Azoulay, le fondateur d’AB Productions), la nature, les animaux et les hommes subissent les affres d’une machine qui engloutit tout sur son passage. Dans le clip, Dorothée se retrouve dans la jungle. Elle est accompagnée par trois acteurs noirs, qui interprètent les chœurs de la chanson (« Ouah, ouah, ouah, ouah »). Quand soudain, ils décident de la capturer et de la faire cuire dans une marmite au cours d’une scène qui reprend certains des clichés du temps de l’empire colonial français.

Le clip de la chanson Attention danger, diffusé la même année, se déroule dans une ambiance « à la Indiana Jones », dans une jungle lointaine. Les autochtones ont cette fois tous les attributs du cliché du sauvage avec pagnes et os dans les cheveux.

Dans une tribune publiée en 2012 sur le site du Nouvel Obs, Corbier, le célèbre co-animateur du « Club Dorothée », regrette « l’amalgame » qui est fait aujourd’hui entre les personnages qu’il a pu interpréter à l’époque et ce qu’il est réellement. Il pointe par ailleurs du doigt la production de l’émission et déclare que « ce n’est pas l’auteur du sketch qui est jugé, mais son interprète. Ce n’est pas sur la production qu’on tape, mais sur le clown. Le comédien et le rôle sont confondus et une fois de plus c’est l’histrion qu’on désigne à la vindicte.« 

Quand Les Musclés tapaient sur les fesses de filles en maillot de bain

Dans plusieurs chansons interprétées par Les Musclés, une image dégradante des femmes est relayée avec force. Dans Allez hop boum boum crac crac, sortie en 1993, ils chantent « Ce soir on fait la fête, on va bien s’amuser, toutes les filles sont prêtes à se faire embrasser ». En 1990, dans Vive la France, les Françaises sont mises au même plan que les « vins de pays », les croissants et les baguettes.

Même principe côté clips. Dans La Musclada (1992), une quinzaine de jeunes femmes attendent patiemment devant une piscine que Les Musclés viennent battre la mesure sur leur fessier. Les paroles, elles, offrent leurs lots de blagues graveleuses à connotation sexuelle. « Ma que bella la vita, la gonzessa superba, bougea son p’tit derriera, et la temperatura Monta di vingt degreah, Ma mia que calora ! », lancent ainsi Les Musclés en lorgnant de façon insistante les jeunes filles en maillot de bain.

A l’inverse, dans La Honte de la famille produite en 1996, Dorothée explique à une petite fille que si elle laisse les garçons « lui prendre la main » ou « l’embrasser au cinéma », elle deviendra « la honte de la famille ».

Quand ils promettaient des saucissons à Mathilda May

Dans une chanson à la gloire de l’actrice Mathilda May, la bande de copains chante leur attente de la visite de la star « à la maison » devant un lit recouvert d’un drap en satin rose, en brandissant chacun un saucisson dans chaque main.

Dans une interview diffusée sur la chaîne YouTube « Génération Club Do » en 2015, Bernard Minet, l’un des plus célèbres membres des Musclés, revient sur sa carrière et indique que ce qu’il « regrette le plus, c’est ce clip » qu’il juge « vulgaire ». Le chanteur assume le fait que le groupe jouait à fond la carte de l’humour graveleux et déclare que « Framboisier [autre membre des Musclés] a souvent demandé à Jean-Luc [Azoulay] d’arrêter avec le saucisson. Mais de toute manière, plus il lui en parlait, plus Jean-Luc mettait du saucisson ! »

Quand Jacky se déguisait en nazi pour séduire les « petites Françaises »

Autre mise en scène qu’on a du mal à imaginer à l’antenne aujourd’hui dans une émission pour enfants : Jacky, l’autre co-animateur du « Club Dorothée », interprétait de façon récurrente le « Général Von Jacky ». Le gimmick de cet officier de l’Allemagne nazie consistait à répéter son amour pour les « petites mesdemoiselles françaises », avec une imitation appuyée de l’accent germanique.

Cette allusion aux femmes accusées d’avoir eu des relations volontaires avec les soldats allemands sous l’occupation devient évidente à la lecture des dialogues d’un sketch (à 29’30 ») diffusé le 15 mai 1993. Si le personnage de la première femme demande au général d’arrêter de l’« éventer » – « Vous allez me faire perdre ma réputation » –, la seconde réplique que le général peut continuer : « Moi, je n’ai plus de réputation. »

Le personnage revient à la fin de l’émission pour danser avec la chanteuse suédoise Indra, venue interpréter une chanson sur le plateau.

 

 

http://www.francetvinfo.fr/culture/tv/nazi-cliches-coloniaux-sexisme-ces-moments-du-club-dorothee-qu-on-ne-pourrait-plus-voir-dans-une-emission-pour-enfants_2350613.html