Blog

« Tu ressembles à un ours » : noires et métisses, elles sont discriminées.

Coupe afro, cheveux crépus, tressés, volumineux ou bouclés… Les coiffures des femmes noires et métisses font bien souvent l’objet de remarques, de gestes déplacés ou de situations professionnelles compliquées.

Son histoire a dépassé les frontières. Début avril, une jeune employée canadienne d’un magasin zara a décidé de démissionner à cause de la remarque d’un supérieur. Ses cheveux tressés seraient « trop extrêmes », « pas assez professionnels », pour la marque de vêtements.

Maya, 15 ans, lycéenne à Lille
« J’ai dû lisser ou attacher mes cheveux crépus à partir du moment où je suis rentrée à l’école. Le seul jour où je les ai laissés au naturel, c’était en CE1 : toute l’école s’est moquée de moi. Ça fait sept ans maintenant, mais je me souviens encore précisément qu’on m’a dit : ‘tu ressembles à un ours’. L’année dernière encore, je les attachais mais on me frappait sur la tête, je n’ai jamais vraiment compris pourquoi. On m’a menacé de me couper les cheveux, de les brûler, d’y coller des chewing-gums. On m’a appelée ‘touffetouffe’, ‘Bob Marley’, ‘cheveux de clowns’. En classe, il fallait que je me mette derrière sous prétexte que je cachais le tableau. Professeurs et élèves ne se gênaient pas pour en rire. On me demande fréquemment si j’ai une perruque, aussi. En fait, ça va des plaisanteries bon enfant à des remarques foncièrement méchantes, faites pour humilier.

Léna, 21 ans, étudiante à la Sorbonne 
« J’ai les cheveux bouclés et volumineux, mais pas crépus. A partir du collège, on s’est toujours un peu moqué de moi. A l’école, mes camarades s’amusaient à placer des objets dedans ou parfois à en couper des mèches. Quand je m’en suis plainte, l’élève en question a dit : ‘c’est parce que je ne vois pas le tableau’. Alors, on m’a déplacée au fond. Et c’est là que j’ai réalisé que j’avais passé toute ma scolarité dans le fond de la classe. Pas par choix, mais parce qu’on m’y déplaçait systématiquement, sans jamais m’expliquer pourquoi.

Et je ne vous parle même pas des salons de coiffure. Quand j’étais petite, une coiffeuse a dit en riant à sa collègue, en me voyant arriver : ‘t’en as pour toute l’après-midi ‘. Ma mère ne m’a plus jamais emmenée chez le coiffeur, ensuite. Et aujourd’hui, voyant qu’ils refusent de me prendre en rendez-vous parce qu’ils ne savent pas comment faire, je n’y vais pas. J’ai appris à me couper les cheveux toute seule.

Maintenant, lorsque les gens touchent mes cheveux ou me font des remarques, je ne me laisse plus faire. Ils ne s’en rendent pas compte, mais ces gestes-là sont racistes. Ils comprennent vite dès qu’on leur explique, mais à la longue c’est fatiguant. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

entre-autre : agir sur les biais inconscients pour plus de diversité will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.
%d blogueurs aiment cette page :