La transidentité, c’est quoi?

Nous avions écrit cet article lors des débats houleux sur «la théorie du genre» à l’école. Nous l’avons re-publié après l’annonce publique de Caitlyn Jenner sur son identité de femme trans. La question de la transidentité est de plus en plus abordée dans les médias, mais reste souvent mal comprise et réduite à des stéréotypes. Voici une tentative de mise au point.

Transidentité

Cisgenre

Genre // Sexe

Pronoms

Aux États-Unis, l’emploi du pronom neutre «they» est une bonne façon de contourner la question délicate des pronoms. En Suède, un pronom neutre, «Hen», a carrément été créé pour éviter les stéréotypes liés au genre. En France, c’est un peu plus compliqué.

Transgenre, transsexuel, travesti?

FtM, MtF

FtM signifie «Female to male», de femme à homme en français. On l’utilise donc pour désigner une personne née avec des attributs féminins, mais qui s’identifie comme un homme et a opéré une transition pour refléter cette identité.

MtF, ou «male to female», c’est l’inverse: une personne née avec des attributs masculins, qui opère une transition pour refléter son identité de femme.

Toutes les personnes trans n’ont pas forcément envie de subir des opérations chirurgicales. La transidentité n’est pas qu’une question d’apparence physique, c’est avant tout un ressenti intérieur, intime et personnel.

Surtout, il ne faut pas oublier que les personnes trans sont régulièrement victimes de violences, de discriminations et d’isolement. Et comme l’a récemment expliqué l’actrice Laverne Cox, «si l’on se focalise sur la transition [physique], on ne peut pas parler de ces choses-là.» Pour cette raison, et aussi par pur principe de politesse, il est déconseillé de demander à une personne trans à quoi ressemble l’intérieur de sa culotte – sauf si la personne en question choisit d’elle-même de vous en parler, évidemment. Parce que personne n’a envie que son identité soit résumée à ses parties génitales.

VIH

Violences, maltraitances et discriminations

Les violences contre les personnes transgenres sont nombreuses. Tous les ans, des personnes trans sont harcelées verbalement et physiquement, sont battues, violées, tuées en raison de leur identité. Laure Pora explique aussi que certaines populations «font face à des difficultés cumulées»: les femmes trans (qui en plus des attaques transphobes, se tapent la misogynie à laquelle nous avons toutes droit), noires –qui ont droit au racisme en plus–, immigrées, travailleuses du sexe et séropositives.

L’exemple le plus célèbre de crime transphobe est peut-être le meurtre de Brandon Teena – un jeune homme trans battu, violé et assassiné en 1993. Son histoire a été racontée dans le film Boys Don’t Cry, qui a valu à Hilary Swank l’Oscar de la meilleure actrice en 2000.

Les personnes trans sont aussi particulièrement exposées à des discriminations à l’embauche et au harcèlement physique et verbal en public ou dans leur environnement familial, ce qui peut les conduire à des situations d’extrême précarité et de mal-être psychique.

Selon une enquête menée en 2009 par l’association Homosexualité et Socialisme (HES) et le Mouvement d’Affirmation des jeunes gays, lesbiennes, bi et trans (MAG), 69% des personnes trans interrogées avaient déjà pensé au suicide (à cause de leur identité) et 34% avaient déjà fait une ou plusieurs tentatives de suicide.

État civil

L’Assemblée appelle les États membres […]

en ce qui concerne la reconnaissance juridique du genre:
– à instaurer des procédures rapides, transparentes et accessibles, fondées sur
l’autodétermination, qui permettent aux personnes transgenres de changer de nom et de sexe sur les certificats de naissance, les cartes d’identité, les passeports, les diplômes et autres documents similaires; à mettre ces procédures à la disposition de toutes les personnes qui souhaitent les utiliser, indépendamment de l’âge, de l’état de santé, de la situation financière ou d’une incarcération présente ou passée;
– à abolir, en matière de reconnaissance d’identité de genre, l’obligation légale de
stérilisation et de soumission à d’autres traitements médicaux, y compris le diagnostic de troubles mentaux, dans les lois encadrant la procédure de changement de nom et de genre

Vous pouvez lire le reste de la résolution ici.

Culture et médias

Source : https://www.buzzfeed.com/fr/anaisbordages/transidentite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *